Présomption d’innocence que deviens-tu ?

Je n’aurais pas l’outrecuidance d’écrire que j’ai lu les 111 commentaires qui ont précédé le mien suite à l’article de Médiapart intitulé « Affaire Polanski: l’équipe du film tente de censurer des questions de la presse », mais je les ai parcourus avec beaucoup d’attention. Il y a de tout : le vomi de la doxa populaire, les extrémismes de tous bords, quelques écrits raisonnés même s’ils ne sont pas toujours raisonnables… Au bout on a quoi ? L’image d’une société déboussolée qui vit une crise majeure sinon de ses valeurs (en a-t-elle encore) du moins un grand bazar dans ses principes.

Issu des Lumières, repris à la Révolution et maintenu jusqu’à aujourd’hui une des grandes évolutions de l’humanité est que toute personne accusée d’un crime a droit à un procès équitable. De là sont nés : le rejet de la vindicte populaire (on ne lynche plus en France) et le principe de la présomption d’innocence.

Voilà qu’aujourd’hui un groupe de personnes (quand ce n’est pas une personne seule jouant de sa notoriété) peut décider de lyncher médiatiquement et socialement quelqu’un sans qu’il y ait eu de jugement, ni même d’enquête. C’est ce qui se passe pour Polanski dont les féministes (on se demandera lesquelles) empêchent la sortie de son film, c’est le réalisateur mis en cause par Adèle Haenel que la société des réalisateurs exclue de son cénacle sine die sur la simple déclaration de madame Haenel qui refusait de porter plainte, ce fut Jean-Pierre Baro et Guillaume Dujardin, ce dernier a été exclu de l’université où il intervenait avant qu’un tribunal se soit prononcé et  JP Baro n’a pas été poursuivi… et nous pourrions ajouter d’autres histoires analogues.

Il ne s’agit pas de dire que les plaignantes (ts) mentent, il s’agit de rappeler les droits fondamentaux de toute femme et de tout homme à avoir un procès équitable et à ne pas être jeté en pâture à la vindicte populaire.

À partir de là il faudra bien qu’on interroge le rôle des médias dans ce processus de lynchage car s’il est une chose que de donner une information, il en est une autre que de se faire l’écho quand ce n’est pas le promoteur d’un véritable lynchage. 

Sans doute ma myopie m’a-t-elle empêché de voir que Médiapart rappelait le principe de la présomption d’innocence dans ses articles consacrés aux dénonciations citées plus haut. Faut-il que la presse, Médiapart en particulier, ne rende pas compte des manifestations de groupuscules féministes devant des cinémas qui projettent le film de Polanski ? Certainement pas, mais avec quelle mesure, quelle tempérance et quelle précaution oratoire de rappel du droit doit-elle le faire ?

Hier on envoyait en « camp » sur une simple dénonciation, aujourd’hui on peut tuer socialement sur une simple dénonciation ; les articles remplacent-ils le gaz ?