La laïcité.

En cette période troublée par les attentats et par la montée du radicalisme religieux notamment musulman, un travail autour du concept de laïcité n’est pas inutile. Cela me m’apparaît d’autant plus important que la laïcité semble être appelée à la rescousse de façon désordonnée pour justifier les actions des uns et des autres, y compris les actions les plus coercitives, pour contrecarrer l’intégrisme religieux. Le président de la République a annoncé qu’il donnera sa définition de la laïcité au cours d’une allocution qu’il fera jeudi 8 septembre pendant un colloque l’occasion du colloque « la Démocratie face au terrorisme » organisé par la Fondation Jean Jaurès, le think tank Terra Nova et la Fondation européenne d’études progressistes, qui se tient salle Wagram à Paris ; on n’attend pas du président de la République qu’il aille exposer ses idées « philosophiques », le plus souvent dépourvues de fondement culturel et toujours exemptes de contenu scientifique, dans le cadre d’un vulgaire stand up telle une star du show biz ; mais on connaît le goût de François Hollande pour le spectacle médiatique à défaut d’être capable de travailler sur le fond des problèmes que rencontre la société française. Il était plus acceptable que Manuel Valls, qui n’était pas encore Premier ministre, ait donné sa définition de la laïcité dans un livre publié en 2005. Or, en tant qu’élément sociétal la laïcité est définie en France par la loi de 1905. Depuis, elle est un élément de droit et doit être regardée en tant que tel par ceux chargés de diriger le pays.

Pour autant, c’est le sens du texte qui suit, la laïcité est aussi un concept fondateur d’une certaine conception de la vie en société ; la laïcité doit donc être questionnée par les sciences sociales et humaines, et éventuellement discutée au sein du Parlement.

 

Je publie ci-dessous un texte que j’avais écrit dans en 1992 au moment où les citoyens étaient appelés à se prononcer sur le traité de Maastricht. Ce texte sera suivi par deux autres écrits pour une conférence, un relatif à la laïcité écrit le 14 mai 1992, puis par un autre à propos de la république et du sentiment d’appartenance.

 

La laïcité est un concept philosophique qui conduit à une certaine représentation du monde. Ce concept, cette idée n’a de sens que si on conçoit la philosophie dans son sens premier, aristotélicien, c’est-à-dire celui où la philosophie est le savoir rationnel distingué de l’histoire et de la religion. La philosophie est donc, plus qu’un savoir, une réflexion sur la nature des choses. Dans ce cadre la laïcité s’inscrit comme concept définissant la nature du monde en tant qu’il est une société d’individus pensant, se pensant et pensant les autres.

Le concept de laïcité est déterminé par trois points fondamentaux :

  • La neutralité à l’égard des idées,
  • Le pluralisme,
  • La liberté individuelle.

La neutralité consiste à laisser s’exprimer toutes les idées sans toutefois reconnaître que toutes sont bonnes. Mais, chacun a le droit de les connaître toutes ; c’est là que réside la fondation de l’esprit critique qui permet de contrecarrer l’endoctrinement.

Le pluralisme c’est l’acceptation des différences comme fondatrices d’une richesse pour la constitution des sociétés, toutefois un excès de différences pourrait conduire à une impossible cohésion. Le pluralisme doit favoriser la recherche d’une base consensuelle.

La liberté individuelle est le corollaire des deux autres principes fondateurs de la laïcité. Elle en est le point de convergence et de solidité, la clé de voûte. L’acceptation du principe de liberté individuelle permet la création des conditions de vie en société, les conditions d’émergence d’un consensus (on ne saurait refuser aux autres ce que l’on désire pour soi).

La reconnaissance de ces trois principes n’est pas l’acceptation de l’intolérance pas plus que de l’endoctrinement. Bien au contraire ces principes sont catalyseurs de vigilance.

Pour fonctionner toute société a besoin d’un langage commun et de la reconnaissance de valeurs sociales communes entre tous ses membres. C’est par la laïcité que se fonde cette communauté ; sans neutralité, sans pluralisme et sans liberté individuelle, il serait impossible de fonder une société unie. Ce système fondateur ne peut fonctionner que si des régulateurs existent : ce sont les institutions.

On aboutit à ce paradoxe où la laïcité, principe fondateur, va avoir besoin de ce qu’elle fonde pour se réguler. Faux paradoxe car, ou le processus agit suivant le principe de la rétroaction dans lequel en quelque sorte laïcité et institution se régulent mutuellement, ou bien la laïcité serait une institution auquel cas le problème du paradoxe n’existe pas. En fait, il faut bien comprendre la laïcité comme étant instituante, c’est-à-dire créatrice de valeurs, ce qui veut dire qu’elle n’est pas une institution. Valeurs et institutions, si elles sont interdépendantes, ne sont pas de même nature. La laïcité crée les valeurs qui représentent le consensus fondateur de la société. Ce sont ces valeurs qui génèrent les institutions chargées de les réguler, c’est-à-dire de garantir le fonctionnement égalitaire de la société. Ainsi, la laïcité est instituante mais n’est pas une institution. Toutefois il serait dangereux de penser que la laïcité serait un principe immuable, établi une fois pour toutes. La laïcité doit être sans cesse repensée puisqu’elle est instituante et que ce qu’elle institue, la société et les valeurs, évolue, « grandit » et change. Et si paradoxe il y a c’est là qu’il peut se trouver : où va se réfléchir la laïcité sinon dans les institutions ?

Face à l’Europe la question est peut-être de savoir qui de la laïcité et des institutions européennes est garante de l’autre ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s